Après Les Buddenbrook, une saga familiale dans l'Allemagne du 18 ème, j'ai enchaîné avec Mélodie de Vienne d'Ernst Lothar, une saga autrichienne, mêlant la petite histoire à la grande. 

Ce choix a été fortuit mais j'ai vu ensuite sur le quatrième de couverture que ce roman était comparé aux Buddenbrook que je venais de terminer.

41VnTHX7EiL

Résumé : Dans un immeuble cossu de Vienne, en 1888, la famille Alt occupe tous les étages. Leur titre de noblesse ? Le piano sur lequel a joué Mozart, construit par Christoph Alt, le fondateur. Des atelier sortent encore des pièces exceptionnelles. Une réputation qui leur impose de s'astreindre aux règles de la haute société viennoise. L'arrivée dans la famille de la trop belle Henriette Stein - d'origine juive qui plus est - sème le trouble. La jeune femme plonge dans le tourbillon de fêtes et de création qui s'empare de la ville en cette fin de siècle. Un tourbillon où l'on percevra bientôt les fêlures du rêve austro-hongrois : le suicide du prince héritier, l'assassinat de l'archiduc suivi de la guerre de 14-18, l'essor du mouvement ouvrier, la montée du nazisme... Le destin mouvementé de la famille Alt suivra les soubresauts de l'Histoire dans un roman comparé par la critique aux Buddenbrook de Thomas Mann et à La Famille Karnovski d'Israël Joshua Singer. « Les meilleurs romans sont ceux dans lesquels l'impardonnable brutalité de l'Histoire se reflète dans les destins individuels. » Literarische Welt « Un roman généreux, spirituel et émouvant. » The Washington Post.

J'ai aimé et je n'hésite pas à le recommander.