Décevante, mais je vous en parle malgré tout. Il s'agit de Battues d'Antonin Varenne. Battues faisant référence au domaine de la chasse.

Jusqu'à la page 39 j'étais dans l'histoire. Bon, j'ai bien tiqué et sorti mon crayon pour rajouter un "n apostrophe" dans la phrase "On en a qu'une"

Puis, quand j'ai dû reprendre mon crayon à la page 76 pour corriger la faute de conjugaison dans "et qu'on ne le voit pas" qui doit s'écrire "qu'on ne le voiE pas", là, j'avoue que je commençais à ressentir un léger agacement.

Mais alors, quand sur la page suivante, je lis que "Lemoine avait ouvert le haillon de la voiture" (oui, vous avez bien lu !) Je dois avouer que j'ai refermé le bouquin. Je ne pourrai donc pas vous dire s'il y avait d'autres fautes magistrales  et je ne connaîtrai pas davantage la fin de l'histoire. Moi, j'avais perdu ma concentration et j'ai lâché l'affaire. Je rappelle à toutes fins utiles qu'un haillon est un vêtement en lambeau, une guenille.

Le moins qu'on puisse dire c'est que l'orthographe de Monsieur Antonin Varenne est défaillante. Mais bon, c'est pour ça qu'il y a des correcteurs. Enfin je crois.

On lit en dernière page que relecture et correction ont été assurées par Virginie Ducay et que cette collection des Editions Ecorce est dirigée par Cyril Herry. Et, cerise sur le gâteau, ce roman a bénéficié du soutien du Conseil Régional du Limousin avec l'aide du Centre Régional du Livre. La curiosité m'a poussée à en apprendre un peu plus et il s'avère que Monsieur Alain Rousset est en fonction au Conseil Régional du Limousin depuis 2015 date de parution du livre. Quant aux Centre Régionaux du Livre, je lis sur le net qu'ils associent la Région et l'Etat, à travers la Direction Régionale des Affaires Culturelles.

Impressionnant, non ??!!